https://soundcloud.com/benshiro/ben-dhiroshima J’me crame à la recherche d’Enola j’rage j’rame je pagaie /
La pagaille dans ma tête j’bataille grave j’sais qu’j’serai pas gai /
Fiat panda Yamaha toujours l’même drame j’me retrouve à sec /
L’seul flash que j’capterai celui du radar qui s’trouve sur l’A7 /
J’voudrai celui voir l’ptit gars pieds nus sans lunettes noires comme Gen /
Entendre la rumeur de l’homme gras après moins d’une semaine /
Développer une tumeur qui s’insèrera direct dans mes veines /
J’suis mort à l’intérieur j’sais qu’j’ai tort mais j’enchaine quand même /
Hiro d’la ville urbaine donc pas d’bombe A qu’des bombes humaines /
Hiroshima dans chaque cervelle ça peut péta dans chaque quelle ruelle /
Causer réaction en chaine parce qu’le manque d’action entraine /
A regretter d’n’avoir pu commettre ces mises en scènes obscènes /
Ya pas d’blème pour la plupart on reste des âmes sauves et saines /
Rien qu’des voleurs à la sauvette bandits d’grands chemins à p’tite semaine /
Qui blaguent qui parlent de rien de chiens et d’chiennes en vain /
En fait gentils gamins qui s’mettent eux-mêmes les chaînes aux mains /

Le vent s’lève c’est réel mais du zéro j’ai l’apanage pas les ailes /
Faut tenter d’vivre c’est cruel les mots résonnent laissent des séquelles /
Du cochon rouge j’n’en ai qu’les traits la mélanine mais pas les gènes /
Envie d’bouger changer d’parcelle l’herbe est plus vraie là où brille l’soleil /

Benshiro toujours debout donc survivant jusqu’à c’qu’on m’couche /
Au propre au figuré ça joue propres et défigurés d’viennent louches /
Accourent ils s’grouillent ne bougent que quand l’soleil accouche /
D’une nuit pourpre d’une lune rouge filtre moche pour film de boules old school /
Ca s’touche en boucle tant qu’on dort pas on pête un câble /
Yes I would if I only could mais l’condor passe comme les incas /
L’cocon d’ma piaule c’est mon tombeau ma luciole c’est mon phone en pause /
j’redoute qu’on m’confonde avec un autre pour ca qu’j’m’affole quand j’m’expose /
J’nécrose quand j’vois qu’j’m’impose après 3 secondes de prose j’agonise /
A bout d’souffle j’explose emporte tout comme le champignon atomique /
Et même si dans mon esprit fou c’est niqué j’continue à tménicker /
Plein d’tics d’puis qu’John Woo y a inséré sa balle qui n’a jamais existé /
La grande ourse en guise de tatoo sur l’torso comme Kenshiro /
Ma gueule j’l’ouvre les cris j’pousse à force on m’dit qu’j’en fait trop /
J’ai peur d’oublier d’devenir aphone j’me réconforte puisqu’il le faut /
Avant d’capituler au mégaphone comme le discours d’Hiro hito /

Benshiro survivant tout du moins jusqu’au lendemain /
Ben d’hiroshima irradié surement quand j’étais gamin /
Benito un pantin certainement jusqu’à la fin /
Benzaio bakaro Kitano franco italien /

Ultime comptine avant d’partir comme un damné en quête de repère /
Cette sonatine sera la dernière une fois d’trop trahi par mes pères /
Fausse vie d’gangster j’ai cru m’y faire souvent berné car trop sincère /
Gagné misère perdu la guerre maintenant j’m’isole j’reste terre à terre /
Tellement que j’finirai certainement six pieds dedans /
Avec seulement ma tête dépassant et les gens passant en s’marrant /
Pas d’remise de peine au programme vu qu’mon nom c’est pas Monsieur Laurent /
Même aviné l’geôlier reste de marbre et noël c’est dans trop longtemps /
Petit feu d’broussaille pour marquer l’coup avant qu’l’arme change de sens /
Pas d’artifice j’en ai marre d’tout surtout du vice et d’sa condescendance /
J’étais pas d’taille j’l’avoue j’laisserai pas d’trace c’est ma sentence /
Donc je m’applique je vise la cible j’appuie clic boum fin d’la séquence /

Y’en a qui s’Hara Kiri y’en a pour qui ça va qui rient /
Y’en a qui vivent sur acquis y’en a qui wanna be Haniki /
Y’en a qui acquiescent disent oui qui accusent l’ennui /
Qui encaissent leur vie qui survivent que pour voir l’Hana Bi /

Advertisements